Vitesse & taxes 15 novembre 2018

VITESSE ET TAXES SUR LES CARBURANTSGiletJaune80
NE PAS SE TROMPER DE COMBATS

 Le passage de 90 à 80 Km/h sur les routes secondaires a heurté bien des automobilistes. Et pourtant, choisi pour limiter les accidents mortels sur les routes, c’est une mesure qui a aussi des répercussions positives sur la pollution de l’air. Selon une étude menée par le SETRA (Service d’Études sur les Transports et les Routes), le 80Km/h impacterait 180 milliards de km.véhicules (en 2016, 600 milliards de km ont été parcourus en France par l’ensemble des véhicules sur les réseaux routier et autoroutier). Selon le cabinet EcoAct, la diminution de 10 km/h permettrait de réduire d’environ 9 g/km les émissions de CO2, d’environ 0,03 à 0,05g/km les émissions de Nox et d’environ 0,001 à 0,002g/km les émissions de particules fines, (sans tenir compte des camions). EcoAct en déduit les économies attendues :
- 1 million de tonnes de CO2
- 5 à 9 millions de Kg de NoZ
- 0,2 à 0,4 millions de Kg de particules

On voit ici l’impact sur les émissions évitées correspondant à 10 000 tours de la terre en voiture ou encore 600 000 allers-retours Paris-New-York en avion, soit environ 1 % des émissions liées au trafic routier.

L’économie réalisée par un ménage roulant 20 000 Km/an (soit 6000 km sur les routes secondaires), serait d’environ 30 € ( le gouvernement cite une économie plus forte de 120 € par voiture !). En terme d’économie sur les importations de pétrole, ce sont 200 millions d’€ réduisant le déficit de notre balance commerciale.

Un tel bénéfice pour l’air respiré quand on sait que chaque année 48 000 personnes meurent prématurément à cause de la pollution de l’air. Logiquement on devrait légaliser la réduction de vitesse sur autoroute à 120 km/h et 100 Km/h sur les « deux-fois deux-voies ». C’est ce que proposait l’écologiste Yves Cochet il y a 15 ans. Qu’attend-on ?

La seconde décision d’augmenter les taxes sur les produits pétroliers, en plus de l’augmentation du baril, a créé une tempête de protestation parmi les automobilistes certes pas tous avec les mêmes motivations. Mais on peut le comprendre pour certains. Comment va faire le petit salarié d’une zone suburbaine ou rurale obligé de faire 30 ou 50 km AR/j pour aller au travail avec une voiture âgée qu’il ne peut changer vu son niveau de vie et malgré les aides de l’état ?

Il y a ici une conséquence injuste de cette augmentation d’autant que l’on sait que sur les milliards encaissés, seuls 19 % servent pour l’écologie… et que les plus gros pollueurs, avions ou transports maritimes, ne sont pas mis à contribution : hypocrisie inacceptable de cette politique fiscale du gouvernement Macron après la suppression de l’impôt sur la fortune pour les riches, la casse des services publics et autres mesures injustes envers les classes populaires ou les retraités. Non l’argent des taxes sur les carburants doit revenir en totalité à la population par une approche globale de la transition énergétique et des mesures ciblées : isolation, solaire thermique, prime aux véhicules propres…

Ne nous trompons pas de combats !

Norbert Béalu 10/11/2018

 Précisions : réduire de 10 Km/h est marginal, surtout en zone rurale : 1mn pour 10 Km/h ;
ainsi le salarié devant faire 50 Km A-R/j perdra 5 minutes et gagnera en « qualité de vie » !!
Ephilippe

Les commentaires sont désactivés.